Conférence

Conférence - Soins infirmiers et accompagnement d’un patient souffrant de troubles du comportement liés à une démence neurodégénérative

Programme DPC

Intervenant(s) :

Dr Hélène Anard-Michelot Dr Hélène Anard-Michelot Gériatre - Médecin coordonnateur Formateur EFECTS

Le vieillissement global de la population française conduit à une augmentation du nombre de personnes atteintes de maladies neurodégénératives de la famille des démences, dont la plus connue et la plus fréquente est la maladie d’Alzheimer. Ces maladies s’accompagnent de troubles du comportement, c’est-à-dire que la personne atteinte va présenter des conduites et des attitudes inadaptées aux lieux et aux situations en référence aux normes culturelles communément admises (Ohnen S.H., 2002). Ces troubles du comportement peuvent être divisés en deux catégories : les troubles du comportement négatifs comme le retrait, l’apathie, l’adynamie, la somnolence, et les troubles du comportement positifs ou productifs qui regroupent la déambulation, l’agitation, la désinhibition, les cris, les hallucinations (HAS, Mai 2009). La fréquence de ces troubles est importante dès le début de la maladie et augmentera tout au long de son évolution, comme le montre l’étude REAL.FR en 2003 qui retrouve une prévalence des troubles du comportement allant de 84% à 92,5% dans une population de malade Alzheimer à des stades modérés à sévères de la maladie (Benoit, 2003). Bien que les symptômes productifs soient moins fréquents que les négatifs, ils ont un impact majeur sur l’accompagnement du malade et arrivent au premier rang des causes d’institutionnalisation. En effet, les difficultés des aidants ne sont souvent pas liées directement à l’altération cognitive des malades, mais à leurs troubles du comportement, leur dépendance ainsi qu’au stress généré par les aléas et les entraves rencontrés lorsque l’aide est de longue durée. Dans ce contexte, améliorer les soins apportés aux patients atteint de démence, et tout particulièrement à domicile, représente un immense enjeu dans les années. L’infirmière libérale, par sa place privilégiée au contact à la fois du malade et de son entourage à domicile, doit pouvoir dépister les difficultés, adapter sa prise en soins aux troubles cognitifs et mobiliser les autres professionnels de santé et structure d’accompagnement en cas de besoin.

Au travers de cas concrets, cette présentation abordera la nature des différents troubles, les signes d’alertes à savoir repérer, tant au niveau du patient que de son aidant le cas échéant, ainsi que les possibilités de traitement médicamenteux et non médicamenteux. Une attention particulière sera portée sur les techniques de communication adaptées, ainsi que sur les différents intervenants pouvant être mobilisés afin d’améliorer l’accompagnement de ces patients et de leurs proches, comme les réseaux de santé, les équipes spécialisées Alzheimer et les dispositifs CLIC/MAIA.

Objectifs :

  • Savoir dépister les troubles du comportement et les risques d’épuisement de l’aidant
  • Savoir adapter sa prise en soins aux troubles du comportement
  • Savoir conseiller l’aidant dans son accompagnement quotidien
  • Connaitre les possibilités de traitement médicamenteux et non-médicamenteux
  • Connaitre les intervenants mobilisables

Orientation DPC n° 9

+ d’infos sur l'intervenante :

- Biographie :

Depuis toujours passionnée par la gériatrie, le Dr ANARD-MICHELOT a effectué tout d’abord une carrière dans le milieu sanitaire, avec, à la suite de son internat, un poste de chef de clinique à l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, puis de médecin responsable d’une unité gériatrique aiguë avant de devenir médecin chef de l’Hôpital Henry DUNANT de la Croix-Rouge française, centre gérontologique situé à Paris, poste qu’elle occupe jusqu’en 2016. Ayant souhaité compléter son parcours professionnel par une expérience dans le secteur médico-social, elle occupe désormais la fonction de Médecin Coordonnateur de l’EHPAD Grenelle, EHPAD de 124 lits située dans le 15eme arrondissement de Paris, appartenant au secteur associatif. En parallèle de ces nouvelles fonctions, elle développe une activité de formateur afin de partager son expertise sur les thématiques gériatriques et son expérience sur l’organisation globale des soins et la démarche qualité, s’appuyant pour cela sur les compétences d’enseignement acquises lors de son clinicat ainsi que sur son expérience de pilotage et d’animation du projet de formation de l’Hôpital Henry DUNANT.

Cette conférence aura lieu dans le cadre des JNIL 2018. Elle se déroulera le jeudi 5 avril 2018 de 14h30 à 18h00.

M'inscrire aux journées

Retour au programme complet